ENCORE UNE AUGMENTATION DES TARIFS CHEZ SNCF ?

La SNCF ou Société nationale des chemins de fer français, est une entreprise ferroviaire publique française qui œuvre dans les domaines du transport de voyageurs, du transport de marchandises. Elle assure également la gestion, l’exploitation et la maintenance du réseau ferré national pour le compte de RFF. Cette dernière tient le statut d’établissement public à caractère industriel et commercial et possède différentes filiales aussi bien de droit public que de droit privé qui forment le groupe SNCF.

La Société nationale des chemins de fer français a déclaré qu’il y aura une augmentation à compter du mercredi 31 décembre 2014. Selon cette déclaration, l’augmentation des tarifs sera de 2,6% pour certains billets tels que les billets TER dont les prix sont fixés par les régions et les intercités. Par contre les billets Prem’S, les cartes de réduction, les réservations avec les abonnements forfaits et étudiants, élèves ainsi que les apprentis ne seront pas concernés par cette hausse.

Une porte-parole du SNCF, a annoncé que les augmentations seront adoptées en vue d’amélioration de la qualité du service fournis aux voyageurs. Le groupe prévoit également de pérenniser ses investissements dans le domaine de la maintenance. Il va aussi améliorer la relation qu’il entretien avec ses clients ; continuer ses investissements sur le matériel, ainsi que les systèmes d’information.

Face à cette hausse, l’Avuc qui est l’association des voyageurs usagers des chemins de fer défend l’intérêt des passagers qui prennent habituellement le train pour se rendre à leur lieu de travail. Cette association stipule et souligne clairement qu’elle proteste contre cette augmentation puisque ce sont ces voyageurs du quotidien qui seront les plus touchés.

Cette année comme les précédentes, c’est pratiquement devenu une tradition pour la SNCF d’augmenter leur tarif. Si les membres de l’Avuc ont affiché leurs mécontentements, le ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie ainsi qu’Alain Vidalies qui est le secrétaire d’État aux Transports ont déclaré que cette hausse est tout à fait légale. Espérons seulement que la SNCF tienne la promesse qu’elle a faite en offrant des tarifs réduits aux modestes voyageurs, en échange d’un effort financier limité de la part des clients aisés.

Publicités

LA SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER FRANÇAIS PROCEDE A UNE RESTRUCTURATION !

Selon les dernières nouvelles, c’est Frédéric Saint-Geours, qui va jouer le rôle de médiateur entre le Réseau ferré de France ou RFF et la Société Nationale des Chemins de fer Français ou la SNCF en vue d’un rapprochement. Le choix du gouvernement s’est tourné vers Frédéric Saint-Geours, car ce dernier possèderait les capacités et compétences requises. Dans cette médiation, d’un côté se trouve le RFF, qui est le principal gestionnaire d’infrastructure ferroviaire en France, ce Réseau ferré de France  est L’ EPIC ou établissement public à caractère industriel et commercial de l’Etat Français qui se charge du réseau ferré national, pour son développement, la mise en valeur, la cohérence et de son aménagement.

C’est la SNCF, qui se trouve de l’autre côté. Cette Société Nationale des Chemins de fer Français, est une société publique Française, qui est présente dans certaines secteur  comme le transport de marchandises, la maintenance  l’exploitation du réseau ferré national, le transport du voyageur pour le compte de RFF. Les membres qui vont  constituer le conseil de surveillance de la nouvelle alliance SNCF, sera présidé par de Frédéric Saint-Geours. Ce dernier occupera une position neutre et va collaborer avec Jacques Rapoport  président de SNCF Réseau et Guillaume Pepy, le président de SNCF Mobilité.

La restructuration de la SNCF sera appliquée au début du mois de Janvier 2014. Cette modification ferroviaire, aura pour finalité d’aménager l’entrée des concurrents du transport de voyageurs et d’affermir l’engagement du secteur à 44 milliards d’euros. Cette restructuration, nécessite du changement, à commencer par le nombre de travailleurs dont le nombre serait estimé à 10 000 environ.  Et selon nos sources, les fonds devront provenir du regroupement  au niveau de SNCF de la direction Infra, de la Direction de la Circulation Ferroviaire et Réseau des activités de RFF. Les attentions restent rivées sur Frédéric de Saint-Geours. Nous attendons de voir comment il va gérer la manifestation des contrôleurs qui débute en ce jours jusqu’au 6 prochain.