LE BILAN ECONOMIQUE 2014 DE LA FRANCE A AFFICHE UN RESULTAT NEGATIF !

Cette fois s’est confirmée ! Le président François Hollande a failli à sa promesse d’inverser la courbe de chômage, du moins pour cette année 2014. D’ailleurs, ce dernier a déclaré qu’il prendra ses responsabilités face à cet échec. Depuis le mois de janvier jusqu’à ce jour, le bilan en ce qui concerne taux de chômage en France affiche des résultats de plus en plus préoccupants.

Cette année n’a pas été fructueuse pour la France et surtout pour le président François Hollande, qui a perdu le grand défi qu’il a fait d’inverser la courbe du chômage. 2014 est une année assez triste avec une croissance instable qui a été seulement de 0,4 % pour cette année, il y a eu aussi l’échec du pacte de responsabilité, ainsi qu’une augmentation significative du taux de chômage.

L’Organisation de Coopération et de Développement ou OCDE, prédit que l’année à venir sera encore plus rude pour la France. Les Français sont à la fois choqués et tristes face à l’incapacité et l’incompétence du gouvernement et de son chef d’État. Lors des élections, nombreux sont ceux qui ont mis leurs espoirs en François Hollande.

Dans son engagement, le président a fait la promesse de ne pas se présenter à la prochaine élection pour une, s’il venait à faillir à ses promesses. La dernière option reste donc sur le projet de loi Macron. Cependant, le sujet sur le travail dominical a suscité une grande polémique, mais néanmoins le Premier ministre Manuel Valls et Emmanuel Macron ont affirmé que le texte sera révisé lors de l’Assemblée nationale qui se tiendra le mois de janvier prochain. Espérons seulement qu’il y aura une amélioration pour l’année qui va venir.

Publicités

LE SALAIRE MENSUEL DE BASE DES FRANÇAIS ONT PROGRESSE ALORS QUE LES SUPPRESSIONS D’EMPLOI SE POURSUIVENT !

La Dares ou Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques a déclaré qu’au troisième trimestre,  le salaire mensuel de base ou SMB  a connu une hausse de 0,2 % au sein des sociétés qui emploient un effectif supérieur à 10 salariés. Si on se réfère sur une année, l’augmentation a été de 1, 4 %.

A titre de notion, la Dares est la direction de l’administration publique centrale Française, elle résulte du ministère du Travail, de l’Emploi et de la Santé. Avec la collaboration de Pôle emploi, cette dernière effectue l’analyse et la construction des statistiques sur le marché du travail en France.

Cette direction de l’administration publique centrale française, fait des recherches sur l’emploi, le travail et le chômage.  Elle est également le SSM ou service statistique ministériel, qui est rattaché à l’Insee. Par le biais de l’autorité de la statistique publique, elle est indépendante dans ses publications du gouvernement.

En s’assurant de la promotion et de l’organisation des travaux d’évaluation des politiques publiques ; effectuant  des études, ainsi que des recherches dans les domaines de la formation professionnelle, de l’emploi et du travail, la Dares explique le contenu des débats économiques et sociaux en publiant des informations statistiques régulières.

Dans sa dernière publication, la Dares a fait la comparaison entre l’année 2013 et celle de 2014 qui a révélé que même si la crise persiste en France, le SMB a tout de même connu une hausse de 0,9 % pour le mois de septembre 2014  si en 2013 le même mois, la progression a été inférieure de 0,3 point à ce pourcentage.

Selon le Dares, cette progression serait probablement liée  à l’augmentation du salaire moyen de ceux qui ont pu garder leurs postes et  suite aux suppressions d’emplois qui affectent  la plupart des salariés en raison de leurs manques d’expériences  et de qualifications.

INVERSER LA COURBE DE CHOMAGE EN FRANCE EST PERDU D’AVANCE POUR 2014 !

C’est définitif ! Le président François Hollande, ne tiendra pas sa promesse d’inverser la courbe du chômage, du moins pour cette année 2014.  Les statistiques, ont révélé que le taux de chômage ne cesse de croître.  Si nous avons cru, que la situation du chômage s’est stabilisée durant les six premiers mois, cependant pour le troisième trimestre, le taux de chômage s’est élevé à plus de 0.5 points au total et a atteint 20,3%  pour la population de l’outre-mer et  celle de la métropole.

L’institut national de la statistique et des études économiques ou Insee, se charge de la production, de la publication et de l’analyse des statistiques officielles en France, en matière de chômage,  d’évaluation de la démographie nationale, ainsi que la comptabilité nationale  chaque mois et chaque année. L’Insee, a dernièrement constaté une augmentation  de 4,3 % des nombres de candidats qui sont inscrit à Pôle emploi.

Les résultats des statistiques ont affiché, que pour la région de la France métropolitaine, l’Insee a recensé environ  2,8 millions de chômeurs. Pour la catégorie A, B, C  le nombre de chômeur, est de l’ordre de 5.154.200 en France métropolitaine. Dans cette statistique,  ce sont les jeunes qui seraient majoritaires car selon les sondages, les entreprises fermeraient les portes à ces derniers.

Suite à ces circonstances, les Français  affichent leurs déceptions. Selon les analystes, il faudra un renforcement de la croissance pour parvenir à augmenter le nombre d’emplois et ainsi réduire le taux de chômage.  Tous, nous nous demandons, si le vrai fond du problème de la France est lié à l’incapacité et à la mauvaise gestion du gouvernement.

Par ailleurs, les problèmes de la France ne datent pas d’hier et que par conséquent, même si elle a connu un léger accroissement, ce n’est pas suffisant pour résoudre les problèmes et inverser la courbe du chômage. De son côté, le gouvernement a pris l’initiative de lancer le projet  « pacte de responsabilité » afin de réduire le taux de chômage d’ici  Juin 2015, mais pour certains analystes, la France ne se sortira pas d’affaire avant 2016, mais espérons que cette prévision ne soit pas exact. .

FRANÇOIS HOLLANDE : INCAPABLE D’INVERSER LA COURBE DU CHÔMAGE !

La France n’est toujours pas tirée d’affaire, car les données récoltées récemment ont révélé que taux de chômage a encore augmenté. Si ce taux a connu une baisse en Août, il est remonté à 19 200 personnes en Septembre. Par ailleurs, selon l’OCDE c’est impossible que la promesse faite par François Hollande, comme quoi il inverserait la courbe du chômage d’ici à la fin d’année est impossible. Le chômage en France est à la fois durable et persistant, a aussi déclaré l’Organisation Internationale table.

Le taux de chômage ne cesse d’augmenter, nombreux sont ceux qui se trouvent sans emploi. Prenons le cas de la France métropolitaine, dont les entrées sur les listes de pôle emploi en catégories A, B, C s’élève à 1,6 % sur une période d’un mois, soit 503 100 cette année 2014 au mois de septembre. Selon les sondages, 24,9 % de ces inscriptions seraient  dues par l’échéance  des contrats à durées déterminées et d’autres s’inscrivent pour cause de licenciement économique. Pour les autres cas, les motifs sont la fin des activités non salariées, une rupture conventionnelle du CDI ou le retour en France et fin de détention. Ce sondage, nous a menés à ce résultat, selon  lequel les principales victimes sont  les jeunes de moins de 25 ans.

Pour les trois premiers mois, ce sont les départements du Pyrénées, Hérault et l’Aisne qui représentent les taux de chômage les plus élevés. Par ailleurs, François Hollande est déjà à la moitié de son mandat actuellement pourtant la France métropolitaine rassemble encore 3 696 900 chômeurs.  A ce rythme, il faudrait un miracle pour que le président François Hollande parvienne à inverser cette  courbe de chômage même en 2015.

 

LES JEUNES FRANÇAIS PLIENT LEURS VALISES ?

Certaines de nos sources ont rapporté que le nombre d’expatriation des jeunes diplômés n’a pas connu une grande hausse ces dernières années. D’autres affirment par contre, que la mobilité des jeunes ne cesse de s’amplifier et que les observateurs se préoccupent du comportement de cesjeunes générations. De son côté, la CCIP a aussi fait un diagnostique des données qui étaient à leur disposition selon lequel le mouvement d’expatriation serait à une vitesse grand « V ».

D’après la statistique, le nombre des Français à l’étranger aurait une valeur approximative égale à 1,5 jusqu’à  2 millions de personnes. Cette valeur aurait augmenté de 60 000 à 80 000 personnes par an, soit un taux de 3 à 4 % ces 10 dernières années. Les causes de ces départs seraient le chômage et l’instabilité économique dont le pays est victime actuellement. Après l’étude faite sur l’humeur des jeunes diplômés accomplis par l’IFOP, ces derniers ne s’intéresseraient pas à l’idée de travailler en France. La qualité de vie, ne serait apparemment adéquate que pour 44 % d’entre-deux. La majeure partie, critiquent la situation actuelle du marché du travail, l’environnement politique et social ainsi que la situation économique de la France.

Selon les sondages, ces expatriés ne sont pas enthousiastes à l’idée de rentrer en France. Le taux des demandes de séjour de plus de dix ans est de 38 % en 2013 par rapport à celui de 2005 qui est de 27%.Les chiffres indiquent aussi, que 28 % de ces jeunes envisagent une expatriation à vie. Toutes ces études et sondages effectués démontrent que la France est soumise à un autre problème de grande envergure.

Par ailleurs, le directeur des politiques économiques déclare que le concept de fuite des compétences clés, ne concorde pas avec la situation actuelle en France puisqu’elle se place à la troisièmeposition parmi les pays du monde à recevoir un nombre assez conséquent d’étudiants étrangers. M. Biacabe lui, déclare que le mouvement de ces jeunes est l’un des politiques du pays. Il reste optimiste par rapport à cette situation, et que la moitié des expatriations se font vers les pays Européens, ce qui peut conduire le pays à une forme d’émergence de citoyenneté Européenne a-t-il affirmé.

Cette affaire d’expatriation suscite l’attention de plusieurs de nos internautes actuellement. Les questions restent encore sans réponses, le départ de ces jeunes vers les autres pays est-il un facteur d’influence économique ou une grande perte pour la France ? Quelles seront les conséquences que ces départs engendreront d’ici quelques années ? Ces jeunes reviendront-t-ils un de ces jours au bercail ? La France serait-elle victime d’une fuite de compétences clés ?

LES CADRES FRANÇAIS SONT ANGOISSES!

D’après les sondages qui ont été effectués dans l’hexagone, depuis le mois de juin dernier les cadres sont angoissés par le coût de la vie et l’absence de débouchés. Ils envisageraient même de quitter le pays pour exercer d’autres métiers à l’étranger.  En revanche, les dirigeants des petites et moyennes  entreprises, sont affairés par la situation financière de la France. Ces derniers restent soucieux pour leurs activités dans les prochains mois à venir et de ce fait  les impôts, la concurrence et les débouchés sont le cadet de leurs soucis.

Pour la majorité des cadres, le pouvoir d’achat des Français va se détériorer d’ici un an. Certains propos disent, que cela serait dû à une décadence très élevée des prévisions macroéconomiques de la France. D’autres affirment, que c’est une décadence des conditions de l’économie de la France. Sans compté qu’il n’y a aucun progrès pour le Produit Intérieur Brut, la prévision indique qu’il y aurait une défaillance annuelle de  4,4% sur l’année 2014, ainsi que la diminution du niveau de vie.Néanmoins cette majorité espère qu’il y aura un accroissement d’ici trois ou quatre ans. Cette croissance dépendra principalement des acteurs économiques et des acteurs politiques.

Aux dernières nouvelles, l’Institut national de la statistique et des études économiques a déclaré que la France envisagerait pour l’année 2015, une année sans filet, avec une possibilité de croissance. Cependant, certains experts en économies trouvent que la France nécessite une croissance minimum de 1,5 % pour réduire le taux de chômage. Le gouvernement a décidé également de prendre ses responsabilités face à cette situation,  il a conclu un pacte où il attendrait plusieurs centaines de milliers d’embauches d’après nos sources.