L’ÉCONOMIE AMÉRICAINE A CONNU UN EXPLOIT AU TROISIÈME TRIMESTRE !

C’est en cette période de fin d’année, que la plupart d’entre nous effectuons des feed-back, en ce qui concerne les activités que nous avons accomplies au cours de l’année et ce pour ensuite pouvoir procéder aux différentes évaluations. Pour le cas des Etats-Unis, nous pouvons dire qu’ils sont satisfaits de leurs performances surtout au troisième trimestre.

La situation économique Américaine, va donc se terminer en beauté pour cette année 2014. Nous pouvons en tirer également que les Américains peuvent dire qu’ils ont pu atteindre leurs objectifs. Effectivement, les résultats ont affiché que le Produit Intérieur Brut a fait un bond d’un taux de 5 %. Il est à souligner que ce bond est le plus important depuis les 11 années précédentes.

Cette croissance, est en grande partie liée à la consommation des ménages qui selon les statistiques représente un pourcentage de 70 %. Les chiffres ont révélé, que la consommation de la population Américaine a augmenté de 3,2 % depuis le mois de décembre de l’année dernière. D’après les sondages, le nombre des personnes qui ont eu recours à des prestataires de services ont augmenté, surtout les domaines du loisir et de la santé.

Nous avons constaté qu’au troisième trimestre, les consommateurs ont été bien actifs. La baisse de prix du pétrole a ravi été une bonne nouvelle pour ces derniers, qui l’ont considéré comme étant une baisse d’impôt s. La réduction du déficit des échanges extérieurs a contribué à 0,8 point de croissance et l’augmentation des dépenses publiques de 4,4 %, a augmenté 0,7 point la croissance.

La diminution des prix du pétrole est encore sollicitée. Il a été constaté que le pouvoir d’achat des consommateurs augmentait de 0,4 % si le prix du baril est réduit de 10 dollars. D’autre part, le secteur emploi sera toujours un soutien pour l’économie Américaine, d’ailleurs le nombre de création d’emplois a été de 321 000 emplois en mois de novembre dernier.

Publicités

LA BAISSE DE PRIX DU PÉTROLE EST FAVORABLE POUR L’ÉCONOMIE MONDIALE ?

Dans les dernières actualités sur le pétrole, le Fonds Monétaire International a affirmé que la baisse des prix du pétrole devra permettre le développement de l’économie mondiale. Toujours en relation avec le pétrole, il paraît que Petrobras a accompli un exploit en dépassant son record de production. En effet, le 21 décembre, un des responsables de la compagnie a déclaré que dimanche dernier, elle a battu son record, soit une production journalière de 2,28 millions de barils en brut et gaz naturel liquéfié.

D’autre part, Rosneft a aussi annoncé qu’il avait décidé de renoncer au courtage pétrolier de Morgan Stanley. En raison des sanctions qui l’a frappé aux Etats-Unis, ce géant pétrolier russe a publié qu’il revenait sur sa décision en ce qui concerne le rachat de la division de courtage pétrolier de Morgan Stanley. Compte tenu toutes ces situations, nous avons pu constater qu’en raison de ces surproductions et ces situations, les prix du pétrole ont baissé.

Parmi nos précédents articles, nous avons déjà rédigé un sur la baisse des prix du pétrole, ainsi que les conséquences que cela pouvait engendrer. Cependant, dans une déclaration faite dernièrement, le FMI a fait une remarque sur le fait que la baisse des prix du pétrole devrait être favorable à l’économie mondiale. Rappelons, que cette baisse de prix est due à une augmentation significative de l’offre et à une forte diminution de la demande.

Par ailleurs, cette situation est profitable pour certains comme les pays importateurs de pétrole. Le poids des importations de pétrole a donc augmenté suite à cette baisse des prix qui est de 10 %. Le taux d’inflation a également diminué de 0,4 point. Pour la zone euro, le taux d’inflation qui est actuellement de 0,3 % pourra afficher une valeur négative, si le prix du pétrole continu à diminuer. S’il est possible de faire disparaitre l’inflation dans la zone euro, alors pourquoi ce ne serait pas le cas pour le reste du monde ?

LE PRESIDENT FRANCOIS HOLLANDE POURRAIT BIEN TENIR SA PROMESSE EN CE QUI CONCERNE LE PACTE DE RESPONSABILITE POUR L’ANNEE 2015 !

Dans nos précédents articles, nous avons déjà évoqué ce pacte de responsabilité et de solidarité, mais à titre de rappel, nous allons quand même reprendre les notions essentielles à savoir sur ce pacte. Le pacte en question, est l’ensemble des mesures qui ont été déclarées en 2013 le 31 décembre, par François Hollande aux citoyens Français. Ce pacte, a pour finalité d’augmenter les embauches, diminuer les charges sur les travails, promouvoir dialogue social et enfin alléger les contraintes sur les activités des salariés.

Les dernières informations que nous avons reçues de nos sources concernant ce pacte de responsabilité et de solidarité, a révélé que l’Insee ou Institut National de la Statistique et des études économiques prévoit une bonne nouvelle en termes de création d’emplois pour l’année 2015. En effet, c’est très sollicité en raison de cette crise qui entraîne la France vers le fond du gouffre.

Selon les prévisions de l’Insee, cette progression se faire par le biais de la diminution de la fiscalité et des allégements de cotisations sociales. Pour le PRS, le nombre de création d’emplois serait estimé à 40 000 l’an prochain soit de 10 000 emplois pour chaque trimestre. Par conséquent, les économies que vont tirer les sociétés seront utilisées pour les recrutements.

C’est sans doute une bonne nouvelle et un soulagement pour le président François Hollande, car au moins cette fois-ci, ce serait probable qu’il tienne sa parole. Cependant, cela reste encore une prévision, mais nous espérons tous que cette dernière se concrétisera belle est bien pour l’année à venir ! Les autres analystes pensent que la solution radicale, serait de procéder à une modification du marché du travail depuis le fond !

LE ROUBLE PERD SES VALEURS ?

Le rouble qui  est l’unité monétaire de la Fédération de Russie. Contrairement en début d’année, ce dernier aurait  perdu presque la moitié de sa valeur.  Une déclaration a été prononcée  par le ministère des Finances selon lequel, il va procéder  à la vente de devises étrangères afin de soutenir le rouble qui traverse actuellement une crise.

Néanmoins, le lendemain de cette déclaration, le rouble a connu une légère hausse, soit de 81,61 roubles pour un euro. Cependant, cette hausse est encore insuffisante pour reconquérir les gens redresser la situation. En effet mercredi derniers, beaucoup sont ceux qui ont attendu devant les bureaux de change afin de faire des changes. Ils ont pris l’initiative d’échanger leurs roubles contre les autres devises qui sont plus stables telles que le dollar et l’euro.

La situation est loin de se rétablir en Russie malgré les précautions prises. C’est une situation embarrassante pour le président Vladimir Poutine qui a été pointé du doigt  et dont montre d’ailleurs son incompétence dans la gestion des crises de cette ampleur. Ce dernier n’a même pas bougé un doigt, alors que la population s’angoisse de la situation du rouble.

Cette crise monétaire est sans contester les conséquences des sanctions économiques décrétées par les Occidentaux qui ont frappé la Russie en raison de la chute du cours du  pétrole et le comportement du président Vladimir Poutine.  Selon les statistiques, le rouble a jusqu’ici  perdu les 60 % de sa valeur par rapport au dollar.

Si le chef d’État est resté sans rien faire, Dmitri Medvedev qui est le Premier ministre, lui a pris l’initiative de réunir les ministres responsables du secteur économique afin de trouver des solutions pour remédier à cette crise monétaire en soutenant le secteur bancaire et en jouant sur les liquidités. Au cours de cette réunion, l’alternative de restreindre les mouvements de capitaux n’a même pas été évoquée pour ne pas nuire à la liberté des échanges financiers.

LE PREMIER MINISTRE PROJETTE DE FAIRE UNE REMISE A PLAT DES CONCESSIONS AUTOROUTIERES

Mercredi dernier, le Premier Ministre Manuel Valls a déclaré que toutes les solutions devront être prises en compte afin d’établir un équilibre entre l’Etat et les sociétés d’autoroutes. Par ailleurs, le président de la commission du développement durable Chanteguet en rassemblant 151 députés réclame une dénonciation des contrats de concessions signés en 2005.

Les députés, ont ce fait sollicité  le rachat des concessions d’autoroutes grâce à une lettre adressée au Premier Ministre. Les contenus de la lettre que ces derniers ont écrite, précisent que c’est le moment de recourir au rachat des concessions autoroutières qui ont été contracté en 2006 avec les six sociétés historiques, étant donné que l’application du péage et de l’écotaxe a été annulée.

Suite aux requêtes  de ces députés, le Premier ministre Manuel Valls, a répondu qu’ils se sont trompé en adoptant en 2006, la privatisation des autoroutes. Il a également ajouté, que les entreprises concessionnaires sont actuellement en phase de négociations avec le gouvernement. Dans cette négociation, un investissement 3 milliards d’euros devra se faire afin de prolonger la durée de leurs contrats.

Manuel Valls, a déclaré que ces négociations devront se finaliser d’ici la fin d’année. Il faut quand même rappeler que tous, nous avons espéré que les autoroutes seraient gratuites le week-end. Cependant, Emmanuel Macron exige auprès des entreprises concessionnaires de réduire leurs tarifs. Et maintenant, il se trouve que le péage pourrait bien connaître une hausse de 0, 57% pour l’année 2015, en mois de Février.  Nous sommes tous intrigués de connaître la suite, mais il faut encore attendre quelques semaines.

LA FRANCE N’EST PAS INTERRESSEE PAR LA TAXE TOBIN !

Dans un communiqué, nous avons appris que la France serait l’auteur d’un blocage sur une taxe Tobin.  Vous vous demandez sans doute ce qu’est  une taxe Tobin ? Afin de vous donner la réponse à cette question, nous allons parler de quelques notions utiles à savoir sur la taxe Tobin. Cette taxe qui est actuellement une taxe sur les transactions, a été inventée par James Tobin  celui qui a obtenu le prix Nobel d’économie en 1972. Le concept de la taxe Tobin, consiste à taxer les transactions monétaires internationales pour une limitation de la volatilité des taux de change.

La taxe Tobin a pour principal objectif, de limiter les effets destructeurs issus des spéculations à court terme en ce qui concerne le système des changes flottants  pour mieux se préparer à faire face aux crises économiques . Dans sa théorie, James a conclu que ce sont surtout les échanges de devises, dans le cadre des marchés financiers internationaux qui sont sources de perturbations. Il précise aussi, que les économies nationales et les gouvernements ont encore du mal à faire face à des mouvements massifs de fonds à travers les échanges avec l’étranger.

Afin de résoudre ces problèmes, James a proposé deux alternatives, la première tend à aller vers l’intégration économique, ainsi qu’une monnaie commune  et budgétaire. La seconde, propose de recourir à une segmentation financière  entre les zones monétaires ou les nations. Cette dernière alternative va permettre, aux gouvernements et aux banques centrales  d’être autonomes dans leurs politiques adaptées à leurs propres institutions économiques et leurs objectifs.

Par ailleurs, il paraît  que la France est un obstacle pour le lancement du projet « taxe sur les transactions », suite à la déclaration du Ministre des Finances Michel Sapin qui a affirmé que la France n’opte que pour une seule taxe et c’est la taxe sur les produits dérivés a minima. Au début, le projet pour l’adoption de la taxe Tobin avait pour objet de couvrir les types de transactions qui appliquent une taxe d’un taux de 0,01% pour les dérivés et  de 0,1%  pour  les actions  et obligations. Par conséquent,  on peut percevoir 34 milliards d’euros avec  les 11 pays qui sont intéressés par la taxe Tobin.

LE MINISTRE EMMANUEL MACRON ET SON PROJET DE LOI

Emmanuel Macron, le ministre de l’économie avec son projet de loi, a eu un succès auprès des Français. Effectivement, les résultats des sondages ont révélé que 6 personnes sur 10 soutiennent le ministre dans son projet. Les personnes qui ont fait  l’objet des enquêtes ont avoué que s’ils étaient des députés 58% auraient voté pour ce projet de loi.  Nous attendons de voir, si le conseil des ministres qui s’est tenu sera favorable pour ce dernier ou pas.

Dans ce projet de loi, différents paramètres ont été évoqué à savoir :

–  Le travail dominicale: cette loi prévoit que les commerçants pourront  chaque année, travailler cinq dimanches et ne nécessite pas d’autorisation spéciale. Cependant, si le nombre dépasse ce chiffre, le commerçant devra se procurer une autorisation auprès des mairies.  Il est à noter que le total ne devra pas dépasser 12 dimanches par an.

– Les transports: si les transports en autocar ont toujours été limités par des régimes d’autorisation complexes, cela va changer et  seront libéralisés. Cela viserait à créer des dizaines de milliers d’emplois et protéger l’intérêt des plus défavorisés qui pourront voyager dorénavant.

–  Une règlementation de profession : pour donner des opportunités aux jeunes diplômés de se lancer, de nouveaux arrivants vont très prochainement être installés pour ouvrir la porte aux concurrents.  Une modification des grilles tarifaires va également se faire  pour réduire les prix.

–  Simplification des procédures : les procédures seront simplifiées afin de diminuer les délais. Des conseillers et  des sanctions vont être mis en place en cas de violations des règles établies.

 Simplification des dispositifs en matière d’épargne salariale et d’actionnariat salarié: pour rendre le plan fiscal attrayant,  d’épargne salariale et d’actionnariat salarié vont être généralisé grâce à la simplification de ces derniers. Par ailleurs, les fonds récoltés perçus vont servir pour le financement de l’économie.

–  Cinq à dix milliards de cessions d’actifs : La loi inclura un volet  attestant la vente par l’Etat de cinq à dix milliards d’euros d’actifs auprès des entreprises. Avec cette somme, quatre milliards seront destinés pour payer les dettes et  reste va être utilisé pour compléter l’économie.

–  Mise en place de certaines : cette loi prévoit, de réduire au maximum l’existence des fraudes et les travaux illicites.

Même si les Français soutiennent  ce projet de loi, qu’en est-il des députés qui vont voter ? Nombreux sont ceux qui attendent avec impatience le résultat de ce que vont afficher les votes durant le conseil des ministres.